O'Corsaire - t-shirt marin

Acheter un bateau d’occasion : les questions à se poser

Logo O'corsaire

Acheter un bateau d’occasion demande un minimum d’expérience et un maximum d’attention. En effet, l’objectif principal est de déceler les éventuels soucis à venir.

Définissez vos envies avant d’acheter un bateau d’occasion

Le printemp arrive avec ses oiseaux chantants et ses goélands criards. Le bord de mer vous attire peu à peu. La mer quitte lentement ses teintes sombres pour recouvrir son bleu azur. Et l’envie de prendre le large commence à vous titiller. C’est là que vous songez à acheter un bateau. Mais pas du neuf! Non! Acheter un bateau d’occasion est plus raisonnable.

Du coup, il est grand temps de vous poser les bonnes questions. Un voilier, un canot breton et une vedette ne se manoeuvrent pas de la même manière. Et ils n’ont pas la même utilité. Ainsi, un type d’embarcation correspond à une navigation bien précise. Donc, c’est là qu’il faut prendre le temps de réfléchir à vos réelles envies. Quelles sont les motivations qui vous poussent à acheter un bateau d’occasion?

Voici donc les bases d’une réflexion selon ce que vous souhaitez :

  • Pêcher en côtier ou au large?
  • Naviguer en côtier
  • Réaliser de longues traversées
  • Se promener
  • Faire de la voile
  • Faire de la plongée sous-marine
  • Retaper un bateau en bois
  • Simplement réaliser un rêve de gosse
  • Glander dans un yacht-club avec une veste Helly Hansen…

 

Les points à contrôler sur un bateau d’occasion

Acheter un bateau d’occasion est plus risqué que de se procurer une voiture. Je ne cherche pas à vous décourager, mais seulement à vous mettre en garde. Un bateau est sousmis à la corrosion par l’eau de mer. Et tomber en panne en pleine mer a des conséquences plus lourdes que de s’arrêter sur le bord de la route.

Il y a donc plusieurs points à vérifier avant de signer votre achat.

La vérification du moteur

Plus le moteur a tourné et plus les risques sont grands. Il est donc logique de s’attendre à quelques réparations. Mais s’il a été correcté entretenu et révisé, les risques sont amoindris. Il faut également prendre en compte l’usure rapide du moteur. Au-delà de 100 heures/an, on sort du cadre de la navigation classique d’un plaisancier.

Il faut toutefois nuancer ces propos, car c’est l’entretien courant et l’utilisation générale d’un moteur qui sont réellement importants. Si le vendeur a pris soin de son moteur, il tournera longtemps. Et il est assez difficile de s’en rendre compte sans véritables connaissances en mécanique navale.

L’hélice et la coque immergée

Si le bateau est en eau, c’est impossible de vérifier une coque autrement qu’en plongée. Pour un navire en cale sèche, l’inspection préliminaire est aisée. Une coque recouverte d’algues et de coquillages est le symbole d’un antifouling non réalisé régulièrement. Et donc d’un entretien qui laissé à désirer. 
Il convient ensuite de vérifier qu’il n’y a pas de points d’impact sur la coque. Car une coque traumatisée peut engendrer des problèmes.
Vient ensuite le problème de l’osmose, un phénomène dû au vieillissement du polyester. C’est un peu la bête noire des navigateurs. Elle se détecte avec de minuscules cloques sur la coque.
Pas de panique! L’osmose se traite avec la mise à nu des zones concernées et un traitement spécifique à l’epoxy.

Les boiseries intérieures et extérieures

La plupart des bateaux ont des boiseries. Et pas uniquement les grands voiliers de luxe. Il convient de vérifier leur état, surtout pour l’extérieur. Car elles se remettent à neuf très facilement si leur intégrité n’est pas attaquée.

Les voiles

Si vous achetez un voilier d’occasion, il convient de déployer intégralement les voiles pour en vérifier l’état. Une voile se répare, mais il faut malgré tout s’assurer qu’elles ne sont pas trop abîmées et que les drisses, poulies, winchs et autres équipements sont fonctionnels.

Faut-il faire appel à un expert avant d’acheter un bateau d’occasion?

Faire appel à un expert peut sembler superflu. Et vous ne souhaitez peut-être pas ajouter des frais supplémentaires à l’achat de votre bateau d’occasion. Toutefois, si vous n’avez pas une grande expérience de la mer, il est préférable de faire appel à un professionnel qui saura déceler les éventuels vices cachés. Et ses conseils seront aussi utiles pour les travaux à venir.
Il saura également contrôler les différents papiers (acte de francisation, absence de saisie…).

C’est un gage de sérinité.

Acheter un bateau d’occasion chez un professionnel ou un particulier?

Lorsqu’on décide d’acheter un bateau d’occasion, on est confronté à deux choix: acheter chez un professionnel ou avec un particulier.

Acheter un bateau d’occasion chez un professionnel

La plupart des chantiers navals, pour ne pas dire tous, propose la vente de bateaux d’occasion. Parfois, il s’agit d’embarcations appartenant à des particuliers et parfois de navires rachetés et remis en état. Quoi qu’il en soit, l’avantage d’acheter un bateau d’occasion chez un professionnel est très clair. Vous pouvez être tranquille. Le bateau est controlé, révisé et sans vice.
Mais il y a forcément une contre-partie. Et elle est évidemment liée au prix. Un bateau d’occasion vous coûtera plus cher chez un professionnel. Et c’est bien normal si on considère les contrôles réalisés en amont et les charges qu’il devra payer.

Acheter un bateau d’occasion avec un particulier

Les sites web de ventes de bateaux d’occasion ne manquent pas. La plupart des particuliers qui mettent en vente leur bateau passent par là.
L’avantage premier est le prix qui est inférieur à celui d’un chantier naval. Mais en contrepartie, vous n’avez aucune garantie sur votre achat. Si vous n’avez pas une grande connaissance de la navigation, je vous conseille de faire appel à un expert ou un ami (idéalement mécanicien naval).

Prévoir les frais annexes à l’achat d’un bateau d’occasion

En achetant un bateau d’occasion, vous achetez un navire. Et il doit comporter le matériel de sécurité lié à sa catégorie.
Toutefois, cet équipement n’est pas forcément suffisamment nécessaire. La VHF, par exemple, n’est pas encore obligatoire sur un bateau destiné à la navigation côtière. Quand, comme moi, on a travaillé pendant des années en Cross (Centre régional opérationnel de surveillance et de sauvetage), c’est une abberration.
Vous aurez peut-être envie de vous munir d’un sondeur pour la pêche, d’un GPS pour la navigation ou d’une radiobalise de localisation des sinistres (EPIRB).

Ensuite, si vous souhaitez réaliser des traversées, l’achat d’un AIS est vraiment conseillé. Il vous servira essentiellement à vous faire voir des autres navires. Et plus particulièrement des cargos.

Selon vos projets, vous souhaiterez également vous procurer divers équipements (matériel de pêche, équipements de voile…) ou réaliser un refit de votre coque.

Et le dernier point à anticiper est celui de l’entreposage de votre bateau. Si vous le conservez chez vous sur remorque, tout va bien. Mais si vous souhaitez une place sur un ponton au port ou un mouillage, vous devrez faire une demande aux autorités portuaires ou à l’association qui gère la zone de mouillage.

Les obligations pour acheter un bateau d’occasion

Les obligations sont essentiellement pour le vendeur. La loi française encadre la vente des bateaux d’occasion. Plutôt que de lister tous ces élements, je vous invite à vous rendre sur le site du service-public

En bref !

Acheter un bateau d’occasion ne se fait donc pas sur un coup de tête. Il y a plusieurs éléments à contrôler. Et il ne faut pas hésiter à faire appel à un professionnel pour venir inspecter le bateau au préalable. L’investissement ne sera pas perdu. 

O'Corsaire t-shirt marin âme marin

Découvrez nos collections
de vêtements marins

Pin It on Pinterest

Share This